La Sournoise et la Belle d'Hervarre naissent dans la brasserie de la Haute Vallée de l'Aa

vendredi 15.07.2011, 05:19 - La Voix du Nord


 Dans son laboratoire, Jean-René Lesage surveille la cuisson du houblon avant son filtrage.Dans son laboratoire, Jean-René Lesage surveille la cuisson du houblon avant son filtrage.

 

Au 78, rue Principale, la signalétique va prochainement inviter le chaland à se désaltérer à la microbrasserie, « fruit d'une passion » comme le précise le jeune créateur. Après un brevet de technicien supérieur en biochimie, Jean-René Lesage travaille à la Brasserie de Saint-Omer. Licencié, il part enseigner à l'institut supérieur de l'agriculture à Lille et créé sa première entreprise Brasserie passion conseil où il met ses compétences au service des brasseries qui souhaitent se développer. Ce fut le cas pour la brasserie de la Somme à Domart-en-Ponthieu.

Alors pourquoi ne pas échanger un savoir pour un savoir-faire ?

Il s'installe donc dans une ancienne ferme chez Luc Thuillier avec qui il s'associe. La matière première est achetée à la coopérative de houblon du Nord (Coophounord). Jean-René Lesage marie les ingrédients : levure, houblon et malte pour en obtenir le goût et la texture.

Dans la grande salle, les cuves en acier contiennent ce mélange commercialisé au bout de trois semaines après avoir franchi les différentes étapes : brassage, filtration du moût, cuisson et houblonnage, fermentation et embouteillage. C'est ainsi qu'est née la Sournoise, une bière sur lie, légèrement trouble avec une amertume subtile et des arômes puissants dus à un choix pertinent de houblons.

Elle se décline en bière blonde légère, puis en bières généreuses : ambrée et triple pour l'apéritif, les fins de repas ou tout simplement à déguster.

La Sournoise est bière pivot du jeune brasseur, d'autres complètent la gamme comme La Merckoise, une blonde délicatement houblonnée, fabriquée « avec quelques épices », dont Jean-René Lesage garde le secret. Est née également La Belle d'Hervarre, du nom du hameau et appelée ainsi par Bertrand Pruvost, maire de la commune de Saint-Martin-d'Hardinghem.

Ces bières ont été baptisées le lundi de Pentecôte en présence des Amis de la bière, une association de défense et de promotion du patrimoine brassicole des Pays-Bas français. Jean-René Lesage va commercialiser son produit auprès des particuliers mais également en se tournant vers le monde associatif. À la demande, il peut présenter une bouteille personnalisée ou millésimée en quantité suffisante par rapport à l'événement ou la vie d'une association. Ce fut le cas pour la fête médiévale de Lumbres ou le Trail des coteaux de l'Aa de Wavrans-sur-l'Aa.

Dans le hall de son magasin, les étagères contiennent les différentes sortes de bières en bouteilles de 75 cl ou 33 cl et « bientôt en fûts, sur commande ». La Sournoise « connaît des débuts très prometteurs », conclut Jean-René Lesage en souhaitant que l'affaire continue de mousser ! •

Boutique ouverte au public à compter du 23 juillet le vendredi de 14 h à 19 h et le samedi de 9 h à 19 h.

Jean-René Lesage 06 26 50 07 74 lasournoise@yahoo.fr


Deux médaillés du travail lors de la ducasse

vendredi 17.06.2011, 05:21 - La Voix du Nord

en présence de Michel Lefait, député, Alain Méquinion, conseiller général, Francis Dhalleine, maire de Merck-Saint-Liévin et d'élus. Dans son discours liminaire, le maire s'attarda sur les valeurs symbolisées par le village. Puis il mit à l'honneur les deux médaillés du jour qui « hasard complet, habitent l'un en face de l'autre ».

Françoise Devaux, ouvrière à l'établissement de service par le travail de Saint-Martin-au-Laërt, reçoit la médaille du travail échelon vermeil pour trente années d'activité.

C'est la médaille du travail échelon grand or pour quarante années d'activité qui a été remise à Bernard Fayeulle, polyvalent d'atelier à la Sical de Lumbres. « Leur modestie et leur discrétion sont à l'image de ce qu'est notre village. Reconnaître leurs qualités n'est que justice », a souligné le maire.

La ducasse avait pour thème cette année, la bière pour laquelle une exposition a été montée à l'église, par René Lesage et le comité d'histoire du Haut-Pays. Elle a été aussi l'occasion de baptiser la bière de Saint-Martin-d'Hardinghem : la Belle d'Hervarre. •


 

La brasserie de la haute vallée de l'Aa lance la Sournoise, en triple, blonde et ambrée

mercredi 15.06.2011, 05:23 - La Voix du Nord


| MERCK-SAINT-LIÉVIN |

Jean-René Lesage et Luc Thuillier ont lancé, lundi, avec la confrérie des Amis de la bière, la Merckoise, une blonde légère issue de la gamme la Sournoise qu'ils mélangeront à la brasserie de la haute vallée de l'Aa. L'activité commence ces jours-ci. L'ambition est de fabriquer une bière artisanale. PAR JENNIFER-LAURE DJIAN

 

À l'odeur, « on sent le houblon aromatique, la levure », dit Olivier Sénéchal, formateur brasseur au lycée agricole de Douai, membre de la confrérie des Amis de la bière, le nez dans son verre. La bière, ça se déguste comme du vin, assure-t-il, et on en parle comme d'un grand cru. Au goût, « on sent aussi la levure et ça, c'est important, continue-t-il. On peut ajouter qu'elle est bien ronde. Elle a ce que j'aime bien dans la bière, la post-amertume. À la différence du vin, il faut l'avaler pour la sentir, c'est quelque chose qui remonte dans le fond de la gorge, on en a encore la sensation cinq à dix minutes après l'avoir dégustée. » Verdict ? « C'est un excellent travail, une démarche de qualité. »

À taille humaine

Ça tombe bien. C'est ce que recherchent Jean-René Lesage et Luc Thuillier, les créateurs de la brasserie de la haute vallée de l'Aa. Une enseigne « à taille humaine » dont l'ambition est de brasser deux cents hectolitres de bière la première année, mille dans les cinq ans. La gamme porte le nom de la Sournoise. Auréolée d'un petit chat noir, elle se déclinera en triple, blonde et ambrée. Lundi, c'est la Merckoise, une blonde légère, que les associés font goûter. Élaborée « avec amour », sourit Jean-René Lesage. À l'image du reste de la gamme.

C'est lui qui l'a imaginée. Devenu brasseur après un BTS en biochimie et quelques brassins amateurs, passé par la brasserie de Saint-Omer, l'institut supérieur d'agriculture de Lille ou les Trois brasseurs, il a toujours gardé en tête l'idée de « monter une brasserie avec des amis ». Après réflexion, six mois de travaux, ils se lancent. Ils sont « heureux », sourit Jean-René Lesage. « On était impatient. » L'activité commence cette semaine, « on attend encore deux cuves », indique Jean-René Lesage. Dès la mi-juillet, une boutique, installée dans la brasserie, au 78, rue Principale, sera ouverte les vendredi et samedi, pour la vente directe. La bière, elle, va courir les salons pour se faire connaître. « On essayera de la vendre le plus loin possible », indique Jean-René Lesage. Pour faire vivre une brasserie comme il n'en existait plus dans le haut-pays. •

La brasserie de la haute vallée de l'Aa est une SARL fondée grâce au concours des Cigales de Coyecques. La bière La Sournoise sera fabriquée sur place. Elle sera vendue, dès la mi-juillet, sur place, dans la boutique, les vendredi et samedi. Renseignements au 06 26 50 07 74 ou sur Internet : htpp ://lasournoise.jimdo.com

 

 

La bière en vedette durant la ducasse

dimanche 12.06.2011, 05:23 - La Voix du Nord


En prélude aux festivités, traditionnellement organisées le week-end de la Pentecôte, une exposition consacrée à la bière a été inaugurée, vendredi soir, par Bertrand Pruvost, maire, Alain Méquinion, conseiller général, et René Lesage, du Comité d'histoire du Haut-Pays qui l'a réalisée.

Au fil de la visite, on retiendra que la bière trouve son origine en Mésopotamie puisque les premières cultures de céréales (orge et épeautre) y sont attestées en 8 000 avant Jésus-Christ. On la trouve ensuite dans l'Antiquité, au Moyen-Âge, puis dans les monastères d'où elle sort pour arriver à l'époque moderne.

Fabrication, fermentation, conditionnement sont expliqués. Sont citées les principales brasseries du département au XIXe et XXe siècles. Un panneau détaille les brasseries recensées dans le Haut-Pays, une industrie qui en terme d'importance se plaçait juste derrière la meunerie.

Une collection de capsules de bière, appartenant à Roland Dussaussoy, est également proposée.

Enfin, le patron des brasseurs, saint Arnould, veille sur les nouvelles brasseries artisanales qui voient un regain d'activité depuis une vingtaine d'années. À commencer par celle de Jean-René Lesage qui vient de créer la Brasserie de la Haute-Vallée de l'Aa, à Merck-Saint-Liévin. Une bière de Saint-Martin-d'Hardinghem vient d'ailleurs de voir le jour : dénommée La Belle d'Hervarre, elle pourra être dégustée, demain, lors du repas concocté par la municipalité avec une carbonade flamande au menu. Un repas qui réunit souvent plus de deux cents personnes sur les trois cents habitants du village. « L'occasion pour les habitants de se retrouver », précise Bertrand Pruvost. •

L'exposition est ouverte jusqu'à demain, de 14 h 30 à 18 h 30, à l'église.

 

Le défi de Jean-René Lesage

Une brasserie s'installe au village

mercredi 01.06.2011,

 

 

Jean-René Lesage et Luc Thuillier gardent jalousement les secrets de la Sournoise.Jean-René Lesage et Luc Thuillier gardent jalousement les secrets de la Sournoise.

 

Reste à finir les travaux et à attendre les autorisations légales. Jean-René Lesage réalise un vieux rêve : ouvrir sa propre brasserie artisanale. L'inauguration est prévue en juillet

Jean-rené Lesage, né en 1970 à Fauquembergues, a travaillé pendant treize ans à la brasserie de Saint-Omer. À l'école d'ingénieurs, il enseigne l'art de la bière.

« Avec mes élèves, j'ai déjà produit la Vauban blonde, brune et blanche, mais leur vente est interdite ! », sourit-il. Il a représenté cette année le territoire du Pas-de-Calais au salon de l'agriculture, avec sa création, la Sournoise.
Son projet de brasserie, il l'a en tête depuis 1998. « Un rêve qui se transforme en belle aventure », confie-t-il. Attaché à la vallée de l'Aa, notre homme trouve un lieu propice à la fabrication, un cadre agréable, le long de la source. Il rénove les bâtiments à l'aide d'amis, de parents pour enfin y déposer son matériel.

Un ami, Luc Thuillier, s'associe au projet, et c'est ensemble qu'ils construisent et avancent. La bière artisanale renaît aujourd'hui, est pour les amateurs de bon goût, Jean-René et Luc décident de garder son caractère naturel. « Notre but, c'est de préserver le patrimoine, et de faire connaître ce nectar bien de chez nous, la bière qui rafraîchit nos palais, accompagne aussi nos recettes de cuisine, toujours avec modération, bien sûr ! » Pour la créer leur brasserie, ils sont été aidés par le club des cigales de Coyecques. Reste aujourd'hui à finir les travaux, et à attendre les autorisations légales pour ouvrir la brasserie.

La Sournoise, 
à déguster dès juillet

L'inauguration aura lieu en même temps que la ducasse, le 1er juillet prochain. La fameuse Sournoise sera à découvrir, à déguster. « Le nom ? On le voulait marrant, il nous correspond, nous sommes des bons vivants ».
La Sournoise, comme toute bière artisanale, est non filtrée et sans additif. Elle se décline de trois façons : blonde, ambrée et triple. C'est une bière sur lie, légèrement trouble, avec une amertume subtile et des arômes puissants dus à un choix particulier de houblon. Attention à l'abus : la Sournoise blonde affiche 6 % d'alcool, l'ambrée 7,5 %, la triple 8 %.
La brasserie de Aa se veut brasserie de bière à façon. Elle aura un coin fabrication, un coin boutique, elle démarchera aussi auprès des épiceries du terroir, et sera ouverte le vendredi après midi, et le samedi toute la journée.

Gaëlle LAVISSE

L'Echo de la Lys



Article sur RTL.FR à l'occasion du salon de l'agriculture 2011